Sexualité

Aborder la sexualité

la relation amoureuse

L’amour et la sexualité sont des sujets délicats, intimes et même sacrés dans certaines cultures mais demeurent néanmoins une préoccupation universelle. L’adolescence et les premières relations amoureuses  sont souvent l’occasion de bouleversements biologiques et émotionnels qui entrainent beaucoup de questionnements personnels. Mais la capacité de vivre des relations intimes et de s’engager dans des relations amoureuses se développe de l’adolescence jusqu’à l’âge adulte.

Chaque relation est différente, orientée par notre culture, notre éducation et notre vécu. Elle peut être passagère ou durable et ses effets positifs ou négatifs peuvent se répercuter tout au long de la vie.

Il faut parfois du temps et des ajustements pour construire une relation amoureuse : la découverte de l’autre, la recherche d’un mode de fonctionnement à deux et d’un nouvel équilibre.

Gardez toujours à l’esprit que la relation doit être consentie par les deux partenaires, elle doit être respectueuse, chaque partenaire devant pouvoir s’exprimer et agir librement au sein du couple et restant libre de mettre fin à la relation quand il/elle l’a décidé.

Sexualité et tabous

Aucune relation n’est idéale et souvent les adolescent.e.s et les jeunes adultes manquent d’expérience.

Les modèles de notre culture occidentale, les médias donnent aux jeunes une vision souvent très brutale (le porno) ou, à l’inverse, très idéalisée (le conte de fées) des relations amoureuses et sexuelles.

Mais il ne faut jamais oublier que les partenaires peuvent toujours construire une relation amoureuse respectueuse qui prenne en compte les désirs de l’autre sans tomber dans ces modèles caricaturaux. Cela nécessite dialogue et écoute réciproque.

Il est très important de savoir que les relations amoureuses et la sexualité entre membres d’une même famille – ce que l’on appelle inceste – sont strictement interdites par la loi.

Si les relations amoureuses ou votre sexualité vous questionnent, vous pouvez vous tourner vers les professionnels du Centre départemental de Planification, vers l’infirmier.ère de votre collège ou lycée, vers un psychologue ou vers toute personne en qui vous avez confiance.

Vous êtes parents

La sexualité

La sexualité désigne l’ensemble des comportements qui concernent la satisfaction de l’instinct sexuel. De nombreux aspects entrent en jeu et parfois en conflit : le plaisir, la procréation, la santé, les aspects relationnels, sociaux, légaux, les interdits moraux ou religieux.

Soyez conscients que vos enfants depuis leur naissance ont « récolté » beaucoup d’éléments sur la sexualité en  observant  votre couple et vos attitudes en tant que représentants des deux sexes, en observant aussi leur entourage, en écoutant ce qui s’est dit par vous  et la société en général, de façon directe ou indirecte sur ce sujet

Parler sexualité avec votre fille ou avec votre fils

Vous êtes parents et vous voyez votre enfant grandir et vivre à son tour l’âge de la puberté , l’âge des transformations, des premières amours, des questionnements sur son avenir

La sexualité est un domaine privé qu’il est souvent difficile d’aborder avec son enfant par pudeur, par peur de le gêner, d’être intrusif.

Souvent les parents se sentent une responsabilité d’informer leur fille de ce qu’ils pensent être des dangers qu’elle pourrait rencontrer dans ses relations amoureuses. Avec le risque, alors, de parler de la sexualité dans des termes exclusivement négatifs, en projetant leurs propres fantasmes, leurs craintes, leur vécu.

Ces périodes charnières, que sont la puberté et l’adolescence, pendant lesquelles les enfants se transforment, peuvent mettre nos enfants en difficulté et les parents mal à l’aise. Elles les ramènent à une période qu’ils ont connue en le vivant eux-mêmes plus ou moins bien et viennent questionner leur éducation, leur culture, leurs convictions.

En matière de sexualité, les demandes d’aide ou d’information se font rarement de manière directe aux parents. Beaucoup de jeunes ont peur d’être jugés par ces derniers, voir condamnés. Pour eux, c’est la « honte ». Aborder ce sujet serait « avoué » une pratique de la sexualité. C’est une période d’ambivalence entre « devenir adulte » et être encore « l’enfant de ses parents ».

Comment aborder le sujet avec votre fille ?

Souvent, les filles préfèreront s’adresser en priorité à leur mère de ce sujet intime. Elles peuvent la  considérer comme la plus apte à répondre à ce qu’elles pensent être un sujet typiquement féminin. Entre filles, cela semble plus facile.

Mais il n’est pas dit que les pères soient exclus. Votre regard et votre avis sont utiles et vos positions, en tant qu’homme et père, peuvent être un appui pour votre fille. Il est important que vous soyez, vous aussi, à l’écoute de votre enfant avec ce que vous êtes en tant que personne.

Mère ou père, il vous faut être à l’écoute de votre fille. De façon détournée, elle pourra vous parler de ses préoccupations en vous évoquant une copine qui a commencé une contraception ou cette même copine qui a des soucis et qui se retrouve enceinte parce qu’elle n’a pas osé parler à ses parents ou ces mêmes parents n’ont rien voulu entendre…

Votre fille vous fait savoir qu’elle a un flirt …

C’est le moment pour vous de jouer cartes sur table et de lui proposer de parler avec elle.

Le début des règles est souvent un point de départ important et la porte ouverte à beaucoup de questions sur l’amour, les règles, la grossesse, le fonctionnement normal du corps…

Vous pourrez également évoquer avec elle la mise en place d’une contraception adaptée à ses besoins.

Comment aborder le sujet avec votre fils ?

Souvent, les fils semblent moins gênés de parler à leur mère de ce sujet intime. A tort ou à raison, ils peuvent estimer que leur mère est plus à même d’entendre leurs préoccupations, car à priori plus proche d’eux depuis la petite enfance.

Pour autant, les pères ne sont pas exclus. Votre regard et votre avis sont utiles et vos positions, en tant qu’homme et père, peuvent être un appui pour votre fils. Il est important que vous soyez, vous aussi, à l’écoute de votre enfant avec ce que vous êtes en tant que personne.

Beaucoup d’hommes ont peu été habitués et préparés, dans leur éducation, à parler de ce sujet à leurs enfants. Pourtant en tant qu’éducateur de votre enfant, il vous faut l’aider à passer ce cap difficile et angoissant avec toutes les interrogations suscitées sur la virilité, la capacité de reproduction, la rencontre amoureuse, le fonctionnement du corps….

Mère ou père, il vous faut être à l’écoute des paroles de votre fils qui, de façon détournée, vous expliquera plus ou moins adroitement ses interrogations, en vous évoquant un copain qui a commencé à fréquenter une fille ou un garçon ou ce même copain qui a des soucis car sa copine se retrouve enceinte et qu’il n’a pas osé parler à ses parents ou ces mêmes parents n’ont rien voulu entendre.

Votre fils vous fait savoir qu’il a un flirt ou parlera d’une émission sur la sexualité à la télé…

C’est le moment pour vous de jouer cartes sur table et de lui proposer de parler entre  adultes. L’important est de pouvoir ouvrir un dialogue respectueux et constructif.

De manière générale, en tant que parents

Il vous faut vous questionner en priorité et vous mettre au clair par rapport à ce sujet parfois tabou.

Cette rencontre avec votre fille ou votre fils dépendra de la manière dont vous percevez la sexualité et dont vous en parlez. Si c’est un sujet tabou dans la famille ou au contraire un sujet très libre, cela peut influencer l’approche de votre enfant : soit l’encourager, soit le/la stopper dans sa démarche. Si vous avez su tisser un lien de confiance depuis sa petite enfance, le dialogue n’en sera que plus facile.

Une fois encore, votre opinion et votre regard sur la sexualité et la contraception ont de la valeur pour votre enfant quoiqu’il en dise et quoique vous en pensiez.

Bien sûr, il n’est pas question de renier vos valeurs, votre éducation, mais il est peut être temps de regarder votre fille ou votre fils comme une/un  adulte qui a besoin de votre écoute et de votre bienveillance.

Si cela vous semble possible, répondez-lui le plus clairement possible en utilisant un vocabulaire approprié, sans faux-fuyant, mais dans le respect des limites acceptables pour votre enfant.

S’il n’y a pas d’urgence et si une question vous pose problème vous pouvez en différer la réponse et proposer à votre enfant de reprendre la conversation à un moment plus adapté.

 

Au contraire, si vous pensez être en difficulté, venez rencontrer des professionnels avec qui vous pourrez faire le point, trouver certaines réponses et vers qui vous pourrez éventuellement orienter votre enfant (médecin de famille, gynécologue, pédiatre, conseiller conjugal, psychologue). Il existe aussi des revues très bien faites et des sites internet adaptés qui pourront vous apporter d’autres réponses.

La tolérance, l’ouverture d’esprit, le respect, l’amour que vous portez à votre enfant seront des alliés précieux. Faites-vous confiance et surtout faites confiance à votre enfant.

N’oubliez jamais que la sexualité se décline sous des formes différentes et celle que choisira votre enfant sera respectable en tant que telle, hétérosexualité, bisexualité, homosexualité.

Ne le jugez pas, acceptez de le voir dans sa réalité pour mieux le soutenir.